- 1. Les OGM au labo

(cliquez droit sur la ligne du cours indiquant sa durée pour télécharger le fichier ou le lire hors site)

Tnp – salle Jean Vilar

biocritique 1
Intervenant: Eric Tannier :  En juin 2016, plus de 100 lauréats du prix Nobel signaient un appel à Greenpeace à interrompre ses actions d’opposition aux OGM, en particulier au riz doré, un riz OGM censé produire de la vitamine A et aider, selon ses promoteurs, à combattre les carences. Cette prise de position de représentants éminents de la communauté scientifique, au nom de la science, est le point de départ de notre approche biocritique sur les OGM. Nous tenterons d’éclairer les enjeux de ce débat, mêlant les aspects technologiques, scientifiques, économiques, politiques, agricoles, éthiques. Dans ce premier cours, nous décortiquerons l’appel des Nobel à la lumière des différents enjeux des OGM pour la santé et l’alimentation. Est-ce du rationalisme contre de l’obscurantisme? Ou alors de l’incompétence aux relents de colonialisme maculé de conflit d’intérêt ?

  14 comments for “1. Les OGM au labo

  1. 8 mars 2017 at 14 h 43 min

    Autrefois un fasciste disait : « Wenn ich Kultur höre … entsichere ich meinen Browning !. », ce qui est souvent repris sous la forme « quand j’entends le mot culture, je sors mon révolver ».
    Aujourd’hui, certains, quand ils entendent des Prix Nobel, sortent leur revolver….

  2. 8 mars 2017 at 15 h 53 min

    Puisque j’ai été censuré, je vais remettre mon commentaire !

    Autrefois, un fasciste a dit : « Wenn ich Kultur höre… entsichere ich meinen Browning »! Ce qui est souvent repris en français par : « Quand j’entends le mot « culture », je sors mon revolver ! »
    Aujourd’hui, certains quand ils entendent des Prix Nobel s’exprimer sortent eux aussi leur revolver…

    et j’ajoute:
    http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/2016/06/des-nobels-denoncent-les-agissements-de-greenpeace.html

    • F BB
      13 mars 2017 at 11 h 55 min

      Bonjour
      je fais passer votre commentaire aux intéressés mais venez discuter en direct
      cordialement
      fbressat

  3. 8 mars 2017 at 16 h 19 min

    Le néocolonialisme ne serait-il pas plutôt du côté d’ONG qui prétendent interdire aux pays en développement l’accès aux PGM ? Dans le cas des Philippines et du riz doré, en particulier, la responsabilité de Greenpeace est écrasante :
    http://imposteurs.over-blog.com/2016/07/riz-dore-greenpeace-accusee-par-les-nobel-stephane-foucart-prononce-un-non-lieu.html

  4. 9 mars 2017 at 19 h 51 min

    Je viens de voir cette page, avec son image.

    Pensez-vous qu’il est raisonnable de diffuser une telle image ? Où sont les meurtres ? En admettant qu’ils soient réels, comment se fait-il que des sociétés démocratiques, fondées sur le droit et attentives à la santé et la sécurité des personnes, n’aient pas pris de mesures ?

    Êtes-vous sûrs, vous, Université Populaire, de diffuser la connaissance (avec l’esprit critique qui va avec) ? Ou, au contraire, vous êtes-vous faits – sciemment ou non – les diffuseurs d’une idéologie et les complices d’une énorme tromperie collective ?

  5. GATTACA
    9 mars 2017 at 19 h 56 min

    L’accroche (la photo : Monsanto = murder ) pour attirer du monde à ce cours débute bien !
    Il est d’emblée clair de quel côté du débat (stérile) qui fait rage depuis 20 ans se situent les « enseignants ». Bravo l’objectivité !
    Cela s’aggrave ensuite lorsque ces « enseignants » prétendent avoir un jugement plus pertinent de la question que l’avis émis par un collectif de plus de 100 prix Nobel dont on pressent qu’ils sont plutôt sur le plateau de la balance qui concerne l’incompétence, l’obscurantisme et l’irrationnel (le comble pour des scientifiques les meilleurs que l’humanité secrètent régulièrement) additionné de colonialisme et bien évidemment de la tarte à la crème du conflit d’intérêt. Rien que cela !
    Cette présentation résumée est indigne d’un scientifique quelle que soit sa spécialité !
    Ce genre de personne, on ne les entend pas sur tous les scandales provoqués par certains de leurs collègues scientifiques préoccupés de « sciences citoyennes » et qui mettent à mal LA SCIENCE. On pourrait en citer quelques uns sur la problématique des OGM justement !

    • F BB
      13 mars 2017 at 11 h 58 min

      Bonjour
      je fais passer votre commentaire aux intéressés mais venez discuter en direct
      cordialement
      fbressat

  6. MARION
    10 mars 2017 at 8 h 03 min

    Bonjour,
    J’ai assisté à votre présentation le 7 mars dans le cadre de l’université populaire de Lyon.
    J’ai constaté que celle-ci était plus basée sur une posture militante, la petite photo ci-dessus confirmant cela, que sur une présentation objective.
    Cela me semble assez inhabituel dans le cadre de l’Unipop dont je suis les conférences depuis plusieurs années.
    Pour respecter le cadre équilibré dans lequel son fait ces conférences pourquoi n’avez-vous pas organisé une confrontation de point de vues entre vous et ceux qui qui promeuve le génie génétique?
    Meilleures salutations,
    JM Marion

    • F BB
      13 mars 2017 at 11 h 58 min

      Bonjour
      je fais passer votre commentaire aux intéressés mais venez discuter en direct
      cordialement
      fbressat

  7. GATTACA
    11 mars 2017 at 13 h 22 min

    Invisiblement, Biocritique n’accepte pas la critique !
    Peut être laissera t-elle passer ce commentaire !

  8. RICROCH
    13 mars 2017 at 18 h 02 min

    Si, pour vous, les OGM = Monsanto, je vous invite à consulter les quatre livres que j’ai publiés sur les OGM.
    De nombreux OGM sont développés par la recherche publique, davantage si il n’y avait pas eu des essais vandalisés bien qu’autorisés par les États.
    Sur le riz doré, savez-vous qu’il résulte d’une recherche publique et privée menée à l’ETH de Zurich sans royalties sur les brevets et des semences de riz doré données aux agriculteurs modestes (Golden Rice Humanitarian Board) : lisez ce chapitre rédigé par l’un de ses ‘pères’ Bob Ziegler
    http://www.springer.com/us/book/9783319068916

    Monsanto=Murder est une posture militante et non une démarche scientifique.

    Une question intéressante serait combien de vies humaines sont sauvées par les OGM par la sécurité alimentaire ?

    Agnès Ricroch, membre de l’Académie d’agriculture de France

  9. 13 mars 2017 at 18 h 37 min

    Puisque votre fil de commentaires n’est pas censuré comme je l’ai craint, autant continuer à poster des avis qui devraient vous servir d’éclairage.

    L’orateur a passé un temps considérable à « dézinguer » l’appel des Prix Nobel, près d’une demi-heure.

    Pour cela, il a commencé par évoquer le prix Nobel André Lwoff – fervent partisan de l’abolition de la peine de mort – que Me Robert Badinder avait appelé à la barre dans le procès de Patrick Henry. Et d’interroger :

    « Qu’est-ce qui donne le droit à André Lwoff d’aller au procès de Patrick Henry… simplement l’aura que lui donne le prix Nobel. On suppose que c’est quelqu’un de suffisamment sage et intelligent pour avoir la récompense suprême et du coup pour pouvoir s’exprimer sur n’importe quel sujet et en particulier […] bon, il avait des convictions… »

    C’est un curieux raisonnement, ou plutôt une insinuation sophistique. M. Lwoff aurait-il dû s’abstenir de parler au nom de ses convictions du fait de son prestige scientifique ? L’orateur a-t-il été conscient du ridicule de sa position, lui qui s’est permis de questionner de la sagesse de M. Lwoff ? Ou faut-il croire qu’un bagage scientifique de niveau moindre – et sans pertinence pour l’argument – permet ce questionnement.

    L’orateur demande un peu après :

    « Peut-on faire confiance à ces 123 Prix Nobel pour représenter la science ? »

    Qui est cet orateur qui questionne ainsi la compétence des 123 Prix Nobel (44 de médecine, 39 de chimie, 27 de physique… la grande majorité des Prix Nobel scientifiques vivants) qui se sont exprimés sur un sujet essentiellement scientifique, un sujet proche des travaux de certains.

    [http://]supportprecisionagriculture.org/nobel-laureate-gmo-letter_rjr.html

    Que répond l’orateur ? Il déroule un long sophisme du déshonneur par association en évoquant des appels passés… remontant jusqu’à la Première Guerre Mondiale et un appel d’intellectuels allemands (pas seulement de Prix Nobel) sorti de son contexte.

    lepoint.fr/societe/guerre-14-18-quand-les-intellectuels-se-muaient-en-patriotes-haineux-06-08-2014-1851789_23.php

    Et bien sûr, les dérives individuels de « racisme, fascisme, sexisme, eugénisme » ne sont pas oubliées.

    Cette première partie de cours était, pour résumer, indigne.

  10. ERIC TANNIER
    14 mars 2017 at 10 h 44 min

    J’entends vos critiques, je reconnais que l’exposé était subjectif et parfois partial. Je ne prétends pas à l’objectivité. On peut être scientifique et militant. Je ne crois d’ailleurs souvent pas à l’objectivité de ceux qui y prétendent. Il me semble que l’université populaire promeut souvent des cours très orientés. A la fois le savoir et l’engagement.

    Vous avez fait, à raison, beaucoup de critiques sur la photo qui illustrait ce cours sur le web. Je reconnais qu’elle n’était pas appropriée, elle s’est trouvée là sur un malentendu, je l’ai enlevée. Il n’était question dans ce cours ni de Monsanto ni de meurtres. Je suis désolé qu’elle ait ainsi détourné certains du message qui était, je l’espère, plus fin que ça.

    Par contre j’assume ma position sur la lettre des prix Nobel. Je ne dis pas qu’ils ne devraient pas se prononcer, je trouve l’intervention d’André Lwoff contre la peine de mort très sympathique, et j’admire énormément Robert Badinter pour son action d’avocat. je trouve simplement qu’on ne devrait pas se laisser impressionner a priori par l’accumulation d’honneur mis derrière une cause. Les citoyens ont le droit de débattre d’un sujet qui dépasse largement la science même si des scientifiques prestigieux prennent position. Le rappel des positions douteuses passées était là pour évacuer l’argument d’autorité et s’autoriser des points de vue différents.

    Enfin je dois préciser que je ne suis pas contre les OGM, ni contre le riz doré. Je n’épouse pas plus les arguments de Greenpeace que ceux des prix Nobel. Mais l’exercice critique s’exerçait cette fois sur les scientifiques. Je vous encourage vivement à assister aux cours suivants pour avoir un aperçu plus complet de notre démarche. En particulier le deuxième cours de ce soir est un complément utile au premier.

  11. ANTHONY
    18 juin 2017 at 10 h 38 min

    J’ai lu tous les commentaires. J’en retiens que la présentation a visiblement manqué d’équlibre. Mais il y a quand même quelque chose qui me gène et qui traverse les commentaires :
    – présentation « indigne d’un scientifique »
    – « Comment peut-on si facilement remettre en cause l’avis d’une centaine de prix nobel signataire »

    J’en conclu que soit :
    – la présentation aurait dû être axée purement sur la technique et les relevés scientifiques : ce qu’on sait des impacts des OGM, leurs propriété etc… sans aucune référence aux questions politiques, de lobbyisme etc..
    – soit il faut accepter que dès lors qu’on va sur le champ des questionnement politiques, la science n’est plus souveraines dans l’analyse. Désolé mais ce type de question est éminemment politique et l’avis scientifique (impact environnement, santé etc…) n’est qu’une contributions parmi d’autres.
    >> mais encore une fois il semble que cela ait manqué d’équilibre…

    En l’occurence, les remarques que je lis sur les signatures des Nobels, me font penser à une certaine naïveté. Croire que la position d’un Nobel en biochimie (/ex) sur tel sujet de société a quelconque valeur supérieure à celle par exemple d’un militant associatif est une véritable erreur. D’une part, le Nobel, quand il prend position sur une telle problématique, sort de son domaine d’expertise (il ne s’agit plus de biochimie). D’autre part, il est « suspiciable » de conflits d’intérêt (éh oui… il ne faut pas l’ignorer – dans le cas du riz doré c’était visiblement des recherches publiques).

    Il existe un cas bien connu d’un telle lettre d’un collectifs de scientifique qui avait été signée pour défendre l’image de la science (face à la défiance grandissante). Il s’est avéré que cette lettre était à l’initiative de lobbies du tabac (entre autres). Les signataires eux-même l’ignoraient. Ils l’ont signé en toute bonne foi. Mais sans le savoir ont participé au jeu d’influence des lobbies industriels. Il s’agit de l’Appel d’Hildeberg voir cet extrait du livre « La fabrique du mensonge » : https://books.google.fr/books?id=iw4ZF1BJbcgC&pg=PT97&lpg=PT97&dq=lettre+scientifique+signataires+lobbies+du+tabac+big+tobacco&source=bl&ots=Oymbe5lP_u&sig=gQ_1O8xRQ9n1v0ZcSnD9jjUxfr4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjj8NuZ_cbUAhXSJlAKHbemC0oQ6AEIRDAE#v=onepage&q=lettre%20scientifique%20signataires%20lobbies%20du%20tabac%20big%20tobacco&f=false

    Donc l’avis d’un Nobel sur un sujet de société, oui moi je fais parti des gens qui s’en méfient et qui relativise largement en estimant qu’un tel avis n’a pas plus grande valeur que par exemple celui d’une association militante sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *