- Raja-Tikva 2 – L’exil et la demeure : la perte du monde.

(cliquez droit sur la ligne du cours indiquant sa durée pour télécharger le fichier ou le lire hors site)

Tnp – salle Jean Vilar

Ce qui relie Arendt, Benjamin et Lévinas. Parallèle entre ces apatrides et les migrants d’aujourd’hui

Intervenant :  Jean-François Rey

L’EXIL  ET  LA  DEMEURE : perte du monde et tradition cachée

Que ce soit le flux des apatrides de l’entre-deux-guerres en Europe et aux Etats Unis, analysés par Hannah Arendt ou celui, aujourd’hui, des réfugiés, des sans papiers, des demandeurs d’asile, toute une partie de l’humanité est privée d’un lieu où se poser et re-poser. Interroger la demeure à partir de l’errance nous oblige à repenser notre rapport à la maison, au chez soi, à l’autochtonie. Prolongement de notre corps, vecteur de notre installation dans le monde, la maison interroge la notion même d’espace : c’est l’habitant qui fait l’espace. L’expulsion et l’exil disent un rapport au monde qui nous éclaire sur notre propre installation. Même si les conditions de l’exil ont changé par rapport à la génération d’avant-guerre, on peut tout de même recourir aux concepts d’Hannah Arendt : désolation et perte du monde, mais aussi s’inspirer de cette « tradition cachée » qui est la culture commune des vaincus et des exilés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *