1 comment for “La fabrique du mythe napoléonien. L’art au service de la légende dorée et de la légende noire de Napoléon Ier

  1. BERNARD BARTHUET
    5 décembre 2011 at 12 h 34 min

    Le peintre, qui a donné une version dramatique de la retraite de Russie, loin de la légende dorée Napoléonienne, est Nicolas-Toussaint Charlet. Dans un tableau visible au Musée des Beaux arts de Lyon, intitulé simplement « épisode de la retraite de Russie », il dépeint une armée en désordre, sans chefs. Les soldats, abandonnés, perdus, soumis aux rigueurs extrêmes de l’hiver Russe, ne sont plus que les victimes d’une ambition démesurée qui les a conduits au désastre. C’est le drame romantique de la souffrance humaine au milieu d’une nature grandiose mais aux forces déchaînées.
    Musset y voyait « la misère humaine, toute seule, sous un ciel brumeux, sur un sol de glace, sans guide, sans chef, sans distinction. C’est le désespoir dans le désert ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *