La trace du corps(une réflexion à partir d’Antoine Vitez)