Décembre 2021 : vos cadeaux de Noël !

Frida KAHLO

Mercredi 1er décembre 19-21h
avec Laura Foulquier, aux Archives municipales (entrée libre)

« Tu mérites un amour ». Frida Kahlo, une itinérance. 
« L’art, l’enfance, la beauté, la violence, l’amour sont étroitement et indissociablement mélangés, dans le luxe qu’elle crée autour d’elle, costumes indiens semblables aux tenues d’apparat des oiseaux et des plantes, masque dessiné à l’image d’une idole indienne, cheveux nattés et noués comme la coiffure rituelle de la Tlazolteotl, la déesse de la terre, magie de cette nature qui l’entoure et l’enlace, parfois la blesse et la torture, où les larmes brillent comme diamants et le sang coule très rouge, le plus précieux des liquides » écrit J. M.G. à propos de Frida Kahlo dans Diego et Frida. Frida Kahlo symbolise pour beaucoup, de prime abord, l’émulation et la passion dévorante avec Diego Rivera ou encore le corps souffrant. Mais l’artiste mexicaine est loin de ne se résumer qu’à cela. 


Documentaire de Ketty Rios Palma

Mercredi 8 décembre à 20h30
à l’Aquarium café, 10 rue Dumont, 69004

Projection suivie d’un débat avec Claire Durozard, psychologue spécialisée dans l’adolescence

Incas(s)ables est une fresque adolescente singulière. Celle de Kahina, Alex, Gabriel, Guillaume et Jérémie. Ils ont entre 10 et 18 ans et vivent ensemble dans ce que l’on appelle dans la protection de l’enfance une microstructure : un pavillon en meulière où chacun a sa propre chambre et où une équipe de six éducateurs se relaient chaque jour auprès d’eux.

« Sans angélisme, Incas(s)ables révèle le travail « sur le fil » des éducatrices et éducateurs spécialisés » Le Monde


Hydropolitique sur le Tigre, l’Euphrate et le Nil, exemples de pays en tension

Eau,  Bien Commun ?

Jeudi 9 décembre, 19-21h, aux Archives municipales
avec Michel Mietton, professeur émérite à l’Université Jean Moulin/Lyon3- agrégé de géographie 

La Mésopotamie comme l’Egypte furent, sensiblement au même moment, parmi les plus brillants foyers de civilisation que le monde aura jamais connus. Et, le long du Nil comme du Tigre et de l’Euphrate, les débuts de ces anciennes constructions politiques sont liés à l’eau.Ce passé brillant a forgé et longtemps soutenu, avec l’appui de puissances colonisatrices comme la Grande Bretagne, les « droits historiques » dans la gestion de l’eau des pays situés à l’aval des grands bassins du Nil d’une part, du Tigre et de l’Euphrate d’autre part. Aujourd’hui, les pays de l’amont (Ethiopie, Turquie) animés d’une volonté politique nouvelle et d’un souci de développement économique n’acceptent plus ce diktat et développent leur propre politique hydraulique avec laquelle les pays aval auront intérêt à finalement composer. L’instabilité politique, la croissance démographique, le changement climatique constituent de nouvelles inconnues rendant encore plus complexe l’équation d’un partage équitable de la ressource.


Que faire ? Nouveau pacte vert mondial

Mercredi 15 décembre de 19 à 21h aux Archives municipales avec Daniel Bret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.