- “Petit lexique de la crise sanitaire : ce que les mots veulent bien dire “(3) 18h30-20h30

« Petit lexique de la crise sanitaire : ce que les mots veulent bien dire »

 

Depuis les débuts de la crise sanitaire, le vocabulaire des hommes politiques — celui des gouvernants bien sûr, mais aussi celui des scientifiques, des experts et des journalistes — s’est étendu et enrichi pour parler de l’épidémie, de santé publique, etc. Cette extension et cet enrichissement passent, le plus souvent, par l’invention de nouvelles expressions, par l’apparition de nouvelles significations à propos de mots tirés du vocabulaire commun. Ainsi en est-il, par exemple, de mots comme « confinement », « distanciation », « contrôle », « risque », « risque sanitaire », « précaution », etc. Il s’agit là de termes relativement courants qui, à la faveur de la crise et des circonstances particulières que nous traversons depuis Février-Mars 2020, revêtent des significations nouvelles, désignent des réalités inédites. Tout un vocabulaire jusque-là relativement effacé devient présent et consacre de nouvelles manières de dire pour désigner de nouvelles manières de faire avec le « réel ».

On voudrait partir de l’hypothèse que l’exploration de certains éléments de ce nouveau vocabulaire permet de cerner autrement les dimensions politiques de la crise sanitaire et sociale. Je souhaite consacrer les trois interventions de cette année à étudier quelques-uns de ces mots, quelques-unes de ces expressions, pour identifier leurs significations, pour repérer les inflexions de sens et les enjeux socio-politiques qu’ils dénotent et, le plus souvent, masquent. On aura aussi recours à l’histoire des mots et de leurs usages pour mettre en évidence ces évolutions.

 

« Petit lexique de la crise sanitaire : ce que les mots veulent bien dire » 1 2

 

 

Séance 3 : « Distanciation et gestes-barrières comme généralisation de la distance sociale »

Cet autre ensemble d’expressions portant sur la « distance », la « barrière », supposées se rapporter à l’espace et aux moyens de déplacements, ne contient pas que des significations « géographiques ». Dans le contexte que nous vivons, celui de la crise sanitaire, ces termes désignent beaucoup plus et renvoient à la constitution d’une autre réalité sociale et politique qui est aussi celle de l’atomisation des rapports entre les individus, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.