- Antisémitisme et islamophobie : les mots, leurs sens, leurs usages

(cliquez droit sur la ligne du cours indiquant sa durée pour télécharger le fichier ou le lire hors site)

Le jeudi 28 Mars de 19h à 21h 30, Palais du Travail, à côté du TNP, 9 place Lazare Goujon,Villeurbanne

 

En partenariat avec l’Unipop , L’association Raja-Tikva, association citoyenne  d’amitié arabo-juive en Rhône-Alpes , vous invite à une conférence
avec Chérif Ferjani, Professeur émérite de sciences politiques et d’islamologie à  Lyon 2, sur le thème :

Antisémitisme et islamophobie : les mots, leurs sens, leurs usages

Derrière ces termes se cachent des actes de violence et de barbarie qui touchent les deux communautés, juives et arabes. Ces deux mots sont deux formes de rejet, deux blessures inscrites dans l’histoire de notre pays.

L’islamophobie est apparue à la fin des années 1980. Elle résonne pour les musulmans comme l’antisémitisme pour les juifs et peut revêtir le même sentiment de haine et la même volonté d’exclure des groupes de personnes de la communauté nationale, tout simplement pour ce qu’elles sont. Cependant, instrumentalisé par certains, l’usage du mot « islamophobie » peut évoluer vers le refus de toute forme de critique : refus d’une approche historico-critique de l’Islam en tant que religion, refus d’une critique de l’ islam politique, refus de critique de comportements de certains musulmans, ces comportements pourtant légitimement condamnables.

L’antisémitisme, même si le mot est né à la fin du XIXè siècle, constitue une réalité beaucoup plus ancienne. Nous connaissons tous les désastres que cette haine a produits dans l’histoire des nations, de même que nous savons tous que des discours d’évidence antisémites peuvent être enrobés aujourd’hui d’une rhétorique antisioniste. Cependant, cette réalité ne doit pas masquer le fait que certains, dont des membres de la communauté juive, considèrent toute critique de l’état d’Israël et de la politique de son gouvernement  comme antisioniste et donc antisémite.  C’est oublier que dans un état démocratique, toute critique est légitime, dès lors qu’elle s’exprime dans le respect des lois.

C’est dans ce contexte d’interrogations que s’inscrit la conférence de Chérif Ferjani. Elle se donne pour but de permettre à chacun de connaitre l’histoire de ces mots, de prendre conscience des enjeux idéologiques qui les sous-tendent et de disposer ainsi des outils critiques d’analyse d’une situation devenue angoissante et dont notre devoir, en tant que citoyens, est de participer à y remédier.

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.