- 1. Les refuges intérieurs : repli ou voyage ?

(cliquez droit sur la ligne du cours indiquant sa durée pour télécharger le fichier ou le lire hors site)

Tnp – salle Jean Vilar

Les refuges intérieurs : repli ou voyage ?

Cabane_de_Rousseau

 

Lorsque nous nous réfugions à l’intérieur de nous, que recherchons nous vraiment ? De quoi témoignent ces cocons, ces instants de trêve, ces replis intérieurs ? S’agit-il de fuir le monde extérieur qui assaille parfois nos quotidiens ? S’agit-il de nous engager dans un monde à soi, un espace privé, intime, que nous pourrions dessiner suivant nos souvenirs, nos infantiles, nos rêves ?

À partir des pensées de G. Bachelard, de M. Chollet, nous engagerons une réflexion sur l’habiter, propices aux rêveries des nos espaces intimes. Nous articulerons ces apports avec la pensée psychanalytique de Freud à Winnicott, pour voir comment le refuge, l’ermitage et la cabane peuvent constituer des espaces propices au rêve et à la rêverie. Nous explorerons ensemble ces refuges intérieurs, faits de songes et de rêveries, d’une solitude habitée qui rend possible la vie avec les autres. Dans ces voyages intérieurs, fuyons nous le monde ou n’allons nous pas à sa véritable rencontre ?

 

Bibliographie :

  • G. Bachelard (1957), La poétique de l’espace, Paris, Puf, 214p.
  • M. Chollet (2015), Chez soi, Une odyssée de l’espace domestique, Ed. La découverte, 359p
  • Freud S. (1919), “L’inquiétante étrangeté”, L’inquiétante étrangeté et autres essais, trad. fr. A. Bourguignon, Paris, Gallimard, 1985 ; GW,  XII.
  • G. Kohon, (2015), Des tanières et des terriers, Les refuges de la psyché chez Louise Bourgeois et Franz Kafka, Ithaque, 2016, 85p.
  • J. Steiner (1993), Les retraits psychiques, organisations pathologiques chez les patients psychotiques névrosés et borderline, Paris, puf, 1996, 230p.
  • Winnicott D.W. (1958). « La capacité d’être seul ». In : De la pédiatrie à la psychanalyse. Paris : Payot, 1969, pp. 205-213. , in La capacité d’être seul, Petite bibliothèque Payot, 2012, 112p.
  • Winnicott D.W. (1965) « Notes sur le repli et la régression », in La crainte de l’effondrement et autres situations cliniques. Paris, Gallimard, 1989.
  • Winnicott D.W. (1963) « De la communication et de la non-communication suivi d’une étude de certains contraires », Processus de maturation chez l’enfant : développement affectif et environnement (1970), Payot, pp. 151-168.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *